Pourquoi-engager-une-réflexion-sur-année-qui-vient-de-s-écouler-

Pourquoi engager une réflexion sur l’année qui vient de s’écouler ?

Je vous invitais dans un précédent article à faire votre bilan de l’année 2019.

Mais pourquoi est-ce utile de faire le bilan positif de l’année qui vient de s’écouler ?

En effet, c’est important de s’octroyer des temps de pause, d’arrêt sur image, d’état des lieux et le changement d’année est propice à cette démarche.

C’est une expérience qui a plusieurs bénéfices, en voici 3 essentiels à mes yeux :

  • Ce bilan permet de visualiser le chemin parcouru.
    Nous sommes toujours dans la planification, dans le « qu’est ce qu’il me reste à faire ?».

    Lorsque j’accompagne une personne dans l’élaboration de son plan d’action, je l’invite d’abord à entreprendre un état des lieux des actions qui ont déjà été entreprises en direction de son objectif.

    Nous ne sommes jamais en bas de la montagne mais toujours à mi-chemin.
    La personne peut toujours s’appuyer sur les ressources qu’elle a mobilisées, les actions qui sont déjà effectuées et qui ne sont plus à faire.

     

  • Ce bilan vous permet de prendre de la hauteur et de donner du sens à votre année passée dans votre existence.
    C’est tellement important ! A quoi a contribué cette année dans votre existence ?
    En quoi vous a-t-elle transformé, fait grandir, évoluer dans votre parcours de vie ?

     

  • Ce bilan vous permet de cultiver votre rapport à l’action et votre sentiment d’efficacité personnelle.
    Je vais m’attarder sur ce point, afin de partager avec vous un aspect de mon approche, l’ACP-PA (Approche centrée sur la Personne et son Pouvoir d’Agir)[1].

    L’ACP-PA s’intéresse au rapport qu’un individu entretient avec l’action. Le praticien ACP-PA ne cherche pas à convaincre verbalement une personne qu’elle doit passer à l’action.
    Elle ne fait pas de longs discours sur la procrastination et ne donne pas de leçon.
    Pourquoi ?
    Si la personne se trouve dans une situation d’inaction plus ou moins passagère, c’est que les expériences qu’elle a vécues, ont altéré son rapport à l’action.
    Elle a besoin que l’on travaille, voire dans certains cas, que l’on restaure son rapport à l’action.
    Or, chercher à convaincre directement une personne qu’elle doit bouger pour s’en sortir, c’est lui renvoyer qu’elle ne fait rien ou presque, qu’elle est responsable de sa situation malgré l’aide qu’elle reçoit et cela revient à développer son sentiment de culpabilité, voire à la placer dans une nouvelle situation d’échec.

    Choisir l’ACP-PA, c’est, à contrario, placer la personne en situation de réussite. Des méthodologies qui reposent sur des stratégies du détour, permettent de faire vivre à la personne des expériences qui mobiliseront ses capacités d’autodétermination et favoriseront les mécanismes de l’engagement, la mise en mouvement, et son sentiment d’efficacité personnelle.

    Le praticien ACP-PA mobilise chez la personne une motivation dite « autonome » et ne soumet pas la personne à une pression externe, par souci éthique et d’efficacité. 

    [1] Voir sur ce point mon ouvrage : GREGOIRE, E. (2019). Libérez le pouvoir d’agir. Approche et méthodes pour co-construire vos accompagnements. Editions Qui Plus Est. Paris

Dans un article précédent, je vous proposais un petit exercice de réflexion sur votre année 2019.
Pour le consulter :
https://www.iter-agir.fr/2019-une-annee-sous-le-signe-de-la-renaissance-de-l-emancipation-et-de-lalignement/

Laisser un commentaire

*

code

Fermer le menu

Professionnels de l’accompagnement, vous voulez enfin trouver un outil qui permette à vos clients de résoudre leur problématique en toute autonomie et clairvoyance ?

Je vous offre la séquence “Les chapeaux”
Clarifier sa réflexion et résoudre une problématique 

Entrez votre prénom et votre mail et recevez votre séquence complète OFFERTE
(outil et explications)